Saint-Priest les fougères, Parc Naturel Régional Périgord-Limousin

Nombre total de pages vues

Follow by Email

Translate

mercredi 4 décembre 2013

http://mescladis.free.fr/langue-oc.htm

"L'occitan n'est pas du ``français déformé''. L'école a souvent prétendu contre toute rigueur scientifique que l'occitan n'était qu'un patois, un ``français déformé''. Ceci est faux. L'occitan et le français sont deux langues qui ont évolué independament du latin.
Voici quelques différences phonétiques essentielles :
- Le français a changé de nombreux A latins en [e], alors que l'occitan a gardé le son [a] latin. Comparez : latin NASUM - occitan NAS - français NEZ.
- Le français a changé de nombreux O latin en [eu], alors que l'occitan les a conservés. Comparez : latin VALORIS - occitan VALOR - français VALEUR.
- Le français a changé de nombreux E latin en [wa], alors que l'occitan les a conservés. Comparez : latin PERA - occitan PERA - français POIRE.
- Le français a transformé les diphtongues du latin parlé AU en [o], EI en [wa], alors que l'occitan les a conservées. Comparez : latin AURICULA - occitan AURELHA - français OREILLE.
- Le français a éliminé beaucoup de voyelles latines sans accent tonique, alors que l'occitan les a conservées. Comparez : latin CABALLU - occitan CAVAL - français CHEVAL, latin LUNA - occitanLUNA - français LUNE (le E n'est pas prononcé : lun').
- Le français a éliminé un grand nombre de consonnes du latin, que l'occitan a conservées. Comparez : latin MATURUS - occitan MADUR - français MÛR, latin SICURUS - occitan SEGUR - français SÛR, etc ...
De plus, l'occitan utilise encore naturellement et couramment le passé simple ou le subjonctif imparfait, quasiment disparus du français, et possède une grande souplesse pour la formation des mots, avec toute une gamme de suffixes augmentatifs, diminutifs, qui permettent de nuancer la pensée à l'infini."

samedi 10 août 2013

La chartreuse de Montcigoux (St Pierre de Frugie) et "La Terre aux loups" de Robert Margerie

http://geo.culture-en-limousin.fr/La-Terre-aux-loups-Leurs-betes,759
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Margerit
http://www.saintpierredefrugie.fr/Montcigoux,65.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Montcigoux
http://www.dordogne-cachee.fr/article-le-chateau-au-squelette-a-montcigoux-st-pierre-de-frugie-115756011.html
Un avis sur le livre par un club de lecture :
http://lecture.helson.org/reunion.php?num=137

La chartreuse de Montcigoux (nom donné à un bâtiment de ce style, à deux tours). Il reste la tour de l'ancien château (non visible sur cette photo) 

extrait :

"« Je crois devoir dire que les trois principaux personnages de ce livre ne sortent pas de mon imagination. Céline, Joachim et Arthur de Montalbert ont vécu, — sous un autre nom. 
Leur dramatique histoire se retrouve dans les annales locales. Elle a, en particulier fourni à un journaliste de Limoges : A. Valérie, un reportage publié en avril 1933 par le Courrier du Centre
Ce reportage qui se limite à la part caractérisée de la tragédie, m’a servi de guide pour les derniers épisodes du roman. Je me suis appuyé sur les renseignements recueillis par A. Valérie auprès des rares témoins survivants en 1933. Partant de là, j’ai induit, déduit, parfois supposé. Cependant les grands faits significatifs — le départ et le retour des deux frères aînés, leur fin, l’affaire des bœufs, les découvertes macabres — sont, sinon dans le mot-à-mot, du moins dans l’essence de leur description, tels que le reportage les a précisés. 
Hormis ces faits certains, le reste du livre demeure un roman ; il est formé d’hypothèses. J’espère qu’elles ont paru plausibles ». - See more at: http://geo.culture-en-limousin.fr/La-Terre-aux-loups-Leurs-betes,759#sthash.6zC9d4Zs.dpuf"



Saint-Priest-les-Filicophytes

Ça en a de la gueule !
http://fr.wikipedia.org/wiki/Filicophyta

Au sujet des fougères

http://fr.wikipedia.org/wiki/Filicophyta

Extrait d'un forum
http://www.onpeutlefaire.com/forum/topic/13120-fougeressen-debarasser/

Quelques extraits d'une étude faite par Yann Dumas du Cemagref en 2002 : http://documents.ire.../357_374.pdf;js

Citation
Lorsque la fougère est installée, le développement de la ptéridaie se fait par extension souterraine des rhizomes. Un ou plusieurs clones de Fougère aigle forme ainsi une colonie, que l’on nomme fougeraie ou ptéridaie. Un tel individu peut atteindre des dimensions exceptionnelles de l’ordre de 14 ha. La vitesse d’extension dépend des caractéristiques plus ou moins favorables du site (concurrence, ombre, richesse du sol…). Le maximum enregistré est de 74 cm/an en moyenne sur quelques années (Watt, 1947).

(...) La biomasse aérienne sèche produite par une ptéridaie peut être importante. Le maximum enregistré est de 12,4 t/ha en Angleterre. La biomasse des rhizomes représente généralement de l’ordre de 80 % de la biomasse totale de la plante. Le maximum enregistré est de 38 t/ha (sur un autre site). Nous avons vu plus haut qu’un clone peut recouvrir plusieurs hectares. Un tel individu constitue donc l’un des plus gros organismes vivants du globe puisqu’il peut atteindre plusieurs centaines de tonnes de matière sèche !

(...) Une colonie peut vivre plusieurs siècles. On estime à 1 400 ans l’âge de certains clones finlandais. La Fougère aigle peut donc se réfugier dans une station de dimension réduite, relativement favorable à sa survie (le couvert d’un pin, un fossé ou une haie) et profiter du retour à de meilleures conditions du fait d’une coupe forestière ou de la déprise agricole pour recoloniser un espace perdu.

(...) La Fougère aigle possède deux systèmes de rhizomes ; le premier, situé à 50 cm de la surface en moyenne mais parfois bien plus, sert au stockage des nutriments et le deuxième à quelques centimètres de la surface, 9 cm de profondeur en moyenne, est aussi destiné au stockage mais surtout à la production des frondes. Or, cette profondeur est suffisante pour assurer la survie de ces organes lors d’un incendie, d’où le caractère pyrophile de cette espèce.
Seulement 20 % des bourgeons présents sur les rhizomes émettent des frondes si bien que, dans le cas d’anéantissement d’une génération de frondes par le feu ou le gel, cette espèce est capable d’en générer une nouvelle. Elle peut donc dominer d’autres espèces qui n’ont pas cette aptitude.

Fête du 15 août 2013 à St-Priest-les-Fougères


Les 14 et 15 Août 2013

Le 14/08 à 16h : ouverture de la fête foraine avec des animations. De 19hà 20h : restauration (grillades/frites). A 22h : soirée Jeunes Mousse Dance.

Le 15/08 à 8h : vide-grenier au centre du village avec exposition de véhicules anciens.
A partir de 12h : apéritif et grillades . Suivi à 15h de jeux inter-villages (tir à la corde, course de brouette...)
A 19h30 : jambonneau à la broche/frites.
A 21h : show "Latino Brazil".
A 23h : feu d"artifice et bal généraliste. 

Infos : 06.21.03.28.84 ou 06.71.60.96
.20

Demain, 11 août, concours de pêche à St-Priest-les-Fougères

"Concours de pêche" à St Priest les Fougères 
Le 11 Août 2013
Lâcher de truites, buvette et repas sur place.
A partir de 9h à l'étang de Fôt .

Infos : 06.21.03.28.84 ou 06.71.60.96.20

vendredi 24 mai 2013

Un livre sur l'or dans la région (B. Cauuet)

http://www.archeomine.org/bcauuet/cauuet-or-antiquite.pdf

Cyclotourisme en Périgord vert

http://www.ffct.org/index.php?id=concentrations2013-04

Jacques Teyssou, du régiment des dragons de l'impératrice


http://military-photos.com/histocavdraggarde.htm

Né le 17/6/1829 à Jumilhac (Dordogne). Il est incorporé aux Cent-Gardes de l'Empereur comme brigadier, le 30/11/1854, venant du 12e régiment de dragons. Maréchal de Logis en 1856, puis adjudant en 1857, il reçoit la médaille militaire le 8/10/1857.
Il participe à la campagne d'Italie et est nommé officier, Sous Lieutenant le 31/10/1859 et passe au régiment des Dragons de l'Impératrice. C'est alors qu'il sert dans cette troupe qu'il est envoyé à Saumur, à l'école de cavalerie et qu'il est photographié, portant l'habit avec aiguillettes et le manteau de cavalerie.
Il revient au régiment des Cent-Gardes le 20/8/1863 où il est promu chevalier de la Légion d'Honneur en 1866, puis Lieutenant le 10/10/1868.
Durant la guerre de 70, il accompagne l'Empereur à Metz, puis à Sedan. Après la chute de l'Empire, il rejoint le 11e régiment de cuirassiers et part en retraite avec le garde de Capitaine  en 1872. Il décède à Uzerches en 1889.

lundi 22 avril 2013

Un gite à Saint-Priest-les-Fougères

http://maisonfamille.com/introduction.html

extrait du site :

"We specialise in providing self-catering holidays in our three gîtes. We pride ourselves on the high standard of our cottages and are continually upgrading them to provide our clients with the highest quality of accommodation in our class. We also offerchambre d'hote bed and breakfast accommodation by special arrangement.
Maison de la Famille is in the centre of this attractive French village, situated within the Perigord-Limousin Natural Regional Park and is a beautiful old property consisting of the main house, three self-contained gîtes (each with their own patio areas), a large walled garden with a swimming pool and a barn used as a games area.
Saint-Priest-les-Fougères nestles in the foothills of the Massif Central in the north of the Dordogne, just off the N21 at la Coquille between Périgueux and Limoges. For those techies with a GPS, we can be found at 45.54287°N, 001.01152°E, give or take a few feet, depending on signal error."


Merci aux Britanniques qui ont permis que bien des maisons ne disparaissent dans les ronces !

Publicité gratuite.

Comment chier dans les bois, pour une approche environnementale d'un art perdu


On m'a obligé à faire faire un "assainissement". Un truc qui me cause plein de problèmes alors qu'on vivait très bien avec les bois comme lieu d'aisance.
Par exemple, maintenant j'ai droit à des odeurs de merde. Et l'installateur n'a pas trouvé de solution !
Et en été les bois c'est parfait. Une odeur de menthe naturelle. Que demander de plus ?
Notre président a dit qu'il allait simplifier. Pourra-t-on vivre à la campagne quelques semaines par an sans avoir un "assainissement". Vous rigolez ! Il paraît que je polluai la nappe phréatique. Ce que ne font pas tous les épandages effectués dans les champs et sur les pommes du Limousin. D'ailleurs, cherchez les pêcheurs.
Et vous avez remarqué que les vaches portent sous la queue un seau hygiénique  Mais les vaches par leurs pets trouent la couche d'ozone.
Ben couillon !

Le comité des fêtes de St-Priest les fougères a son blog

http://comite-des-fetes-st-priest-les-fougeres.over-blog.com/

Des histoires de famille

http://chateauneufetjumilhac.blogspot.fr/search/label/Saint-Priest-les-Foug%C3%A8res

http://chateauneufetjumilhac.blogspot.fr/

Un jeune de St-Priest et son tour du monde

http://www.sudouest.fr/2012/12/27/le-tour-du-monde-des-deux-jeunes-pecheurs-perigordins-919725-1980.php

Leur site web :

http://pecheursautourdumonde.fr/

A Jumilhac, on dit se foutre de la justice de St-Yrieix

http://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2013/04/04/ou-lon-dit-se-foutre-de-la-justice-de-st-yrieix/

Alain Corbin à La Bonne Foussie

http://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2013/04/16/alain-corbin-a-sarlande-la-bonne-foussie-cet-ete/

L'arbre et le changement climatique

http://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2013/04/15/larbre-dans-le-changement-climatique-aout-2013/

La Coquille et les filles du calvaire de Pierre Combescot





Pierre Combescot (voir lesforges de Paysac...) dans son roman Les Filles du Calvaire,Grasset, ISBN : 2-246-43541-2, écrit :

"Yvonne, Max, [...] quittèrentles Filles-du-Calvaire pourun chapiteau ambulant quitournait en province. Le cirque s'arrêtaitune foisl'anà la Coquilleprès deLimoges,  les premiers àvenir applaudir les chevauxet les lions étaient un couplede fermiers quisi l'on encroyait les gens du coin, n'élevaient les boeufs que pour les laissermourir de vieillesse dans le pré.
C'est dans cette belle campagne, en marge du Périgord; [...] ", page 427

Un blog sur Saint-Yrieix-la-Perche

Un blog spécialisé sur Saint-Yrieix-la-Perche

http://saintyrieixlaperche.wordpress.com